Logo Paroisse St François Xavier de Navarrenx

La Croix  du souvenir
crèche de la Croix du souvenir © MD

La Croix du souvenir

Ce récit est très allégé, il va à l’essentiel de l’histoire de la croix

Croix de souvenir © MD

Le 15 juillet 1944 Sauveterre était cerné par un bataillon d’allemands. La place des Salières, qui domine le Gave d’Oloron, fut le lieu d’une belle frayeur pour les familles de Sauveterre. Réveillées par des détonations de mitrailleuses elles virent leurs hommes, encerclés de soldats en armes, poussés vers la place des Salières entre la mairie et ses halles (actuellement la maison qui abrite la pharmacie) et l’Eglise Saint- André. Ils savaient que l’avant-veille, deux des gendarmes de Sauveterre ayant rejoint le maquis étaient revenus clandestinement revoir leur famille à Sauveterre. En repartant à la nuit tombée, à hauteur de la maison Espéraber sur la route de Sunarthe, ils tombèrent nez à nez avec une patrouille Allemande : «Halt ! » Nos hommes surpris sortirent leur revolvers et tuèrent l’officier qui commandait la patrouille et blessèrent un soldat. Les deux gendarmes, connaissant les lieux et profitant de l’obscurité, purent s’enfuir. Tous les sauveterriens sur la place étaient au courant et avaient dans leur tête le souvenir très frais de la rafle d’Oradou-sur-Glane qui avait fait 642 morts au mois de Juin. Derrière la sacristie le maire de Sauveterre, Monsieur Minvielle, le Pasteur Renne et l’abbé Duplech parlementèrent avec les officiers Allemands, dont un jeune Officier servait d’interprète. Très vite les deux "Pasteurs" de Sauveterre reconnurent en ses hommes des chrétiens, on dit même que l’un d’entre eux était séminariste. Midi avait sonné, quelques enfants s’enhardirent à porter de la nourriture aux hommes, toujours retenues sur la place sous la menace des mitrailleuses. Puis peu après les allemands, contre toute attente, renvoyèrent les hommes dans leur famille. L’émotion fut intense. Ce morceau d’histoire de Sauveterre ne devait pas être oublié. Une croix, entourée d’un rosier rouge, fut érigée en surplomb de la vallée du gave souvenir et en remerciement des vies épargnées. Le rosier est mort (dommage), la croix demeure. Ou, aurais-je pu placer cette Nativité ? Au pied de cette Croix, qui représente à elle seule le souvenir et la renaissance………..

Martine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.